Syndicat National des Enseignements du Second degré en Nouvelle-Calédonie

Accueil > Covid-19 > Continuité pédagogique

Continuité pédagogique

jeudi 19 mars 2020, par webmestre

Ce jeudi 19 mars à 15h30, s’est tenue au gouvernement une réunion animée par Isabelle Champmoreau, membre du gouvernement en charge de l’éducation.
Participaient notamment à cette réunion le Vice-recteur, des élus et représentants des 3 provinces et l’ensembles des syndicats enseignants et de personnels de direction.
En introduction, Isabelle Champmoreau a rappelé la confiance de l’institution dans les équipes enseignantes.
Deux points étaient à l’ordre du jour :
- la continuité pédagogique pendant la fermeture des établissements scolaires
- la gestion et le rôle des personnels pendant cette période
La membre du gouvernement a rappelé à deux reprises qu’il n’était absolument pas question de mettre la pression sur les enseignants et sur les familles. Deux moyens sont envisagés pour assurer la continuité pédagogique : les plateformes numériques et la transmission papier.
Quel que soit le moyen employé, les progressions pédagogiques envisagées doivent être raisonnables, au regard du contexte exceptionnel : il ne s’agit pas de créer des inégalités scolaires entre les élèves, toutes les familles n’ayant pas les mêmes facilités d’accès numérique à cette continuité pédagogique.

Les enseignants n’ont pas à se conformer aux injonctions parfois autoritaristes de certains chefs d’établissement.
Comme en temps normal, il n’y a aucune obligation à communiquer nos progressions pédagogiques à nos chefs d’établissement.
Il n’est pas nécessairement demandé aux enseignants de poursuivre leur progression, mais plutôt de la consolider ; il est déconseillé de faire des évaluations.

L’exigence de fournir deux ou trois semaines de cours est une initiative des chefs d’établissements, elle ne correspond pas à la demande du gouvernement ou du Vice-recteur.

Concernant la gestion de personnels pendant les deux semaines qui viennent, il s’agit d’assurer un service minimum pour des élèves particuliers : ceux, âgés de 3 à 16 ans, dont les parents exercent des métiers prioritaires (médecins, professionnels de la santé, ...) et qui en font la demande.

Cet accueil dans les établissements ne sera fait que par des enseignants volontaires.

Une nouvelle réunion d’information devrait se tenir la semaine prochaine, en fonction de l’évolution de la situation sanitaire.

Bon courage à tous.